06 78 57 49 97

maite.molla@gmail.com

186 impasse malfosse, 88420 Moyenmoutier

Consultations sur rdv

lundi, mardi, jeudi et vendredi de 10h à 12h, et de 14h à 18h

Et samedi de 10h à 15h

Covid-19, confinement – le point sur la situation

La vie comme une proposition

Vous avez reçu il y a quelques semaines de cela une invitation. Si, si, je vous assure. Vous avez reçu, comme moi, comme nous tous, une invitation de Madame Vie. Elle ne fait que des propositions, il n’y a aucune obligation de les accepter. Madame Vie vous a invité à faire une pause, à vous retrouver vous-même, à ralentir le rythme, à revenir aux essentiels (déjà, à découvrir ce qu’est l’essentiel pour vous), à réfléchir, et à bien d’autres choses encore. Les gouvernements de la planète ont appelé cela « le confinement » et ont dit que cela venait d’eux. Mais en fait, c’est bien Madame Vie qui se cache derrière cette initiative.

Avant d’aller plus loin, je vous demande de prendre un instant

(oui, nous avons dit que nous étions invités à faire une pause, alors faisons-la) : je vous demande de réfléchir à deux options. Soit continuer la lecture de cette newsletter mais en sachant que si vous croyez à ce qu’on vous raconte aux infos, vous risquez d’être choqué. Soit arrêter dès maintenant. Je vous préviens que je travaille uniquement pour Madame Vie. Et accessoirement pour ses amis tels que Madame Vérité ou Madame Liberté par exemple. Je ne travaille pas du tout pour Madame peur, ni Madame Manipulation, ni Monsieur Mensonge.

Je précise également que j’ai fait des études de biologie, que j’ai exercé dans le domaine animalier, et que j’ai été formée (parfois par des médecins) à diverses techniques de soin, ce qui constitue mon métier actuel. Je connais la grande famille des coronavirus pour l’avoir étudiée, je suis à même de comprendre les publications scientifiques, etc.

Je précise, enfin, que des gens que je connais ont été malades ces derniers mois dont deux qui sont passés près de la mort et ont été hospitalisés (même si on ne saura probablement jamais si c’était du covid-19 ou d’autre chose). Ce n’est donc pas la peine de vous emporter en lisant certaines des phrases qui vont suivre et de lancer des remarques telles que « Allez dire cela à ceux qui ont perdu/failli perdre un de leurs proches ! » Je mesure parfaitement ce que je vais écrire. Et si j’avais perdu ces deux personnes, j’écrirais la même chose.

… Une invitation à réfléchir.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais étant donné que pendant pas mal de temps on nous disait qu’il n’y avait plus de tests disponibles, je me demandais – à juste titre je pense – comment on pouvait être persuadé que « tant de personnes » étaient mortes du covid-19 ? Ou qu’il y avait “tel nombre d’infectés”. Je n’ai pas tardé à avoir la réponse par une amie infirmière : au moment où je lui ai posée la question, effectivement on n’en savait rien ! Ce qui n’empêchait pas que les médias et le gouvernement étiquetaient les cadavres et les malades ‘covid-19’.

Ensuite, le beau-frère d’une amie a commencé à tousser. Par précaution, il est allé chez son médecin qui lui a fait un bilan classique : prise de tension, écoute de la respiration et du rythme cardiaque au stéthoscope… La toux n’était pas très intense et il n’y avait pas d’autre symptôme. Il n’y a pas eu d’autre examen de fait.

Et voilà qu’au bout des quelques minutes de consultation, le médecin annonce tranquillement que c’est « une forme du coronavirus, bénigne ». Et il renvoie tranquillement le monsieur chez lui avec ‘ordre’ de se reposer.

Comment ce médecin peut-il savoir que c’est le covid-19 et pas une bronchite due à une autre cause comme il y en a tant chaque hiver ? Un cas d’infection découvert ainsi compte-il dans le nombre officiel d’infectés ? Et si le covid-19 est si dangereux que les médias et les gouvernements (qui détiennent ces médias !) veulent nous le faire croire, alors ce médecin est un danger public ! On ne peut pas dire qu’il ait eu une très forte réaction ni qu’il ait donné beaucoup de consignes de sécurité…

Les deux premiers cas de supposé Covid-19 à Nancy : Coronavirus pour les médias, grippe pour les médecins…

Et pour couronner le tout, j’apprends par une personne du milieu médical dont je tairai l’identité ici que les deux premiers cas de soi-disant covid-19 qu’il y a eu à Nancy étaient en fait des grippes. Sans aucun test pratiqué, les médias avaient immédiatement annoncé que c’était le coronavirus. Quand, une semaine après, les résultats indiquant la grippe sont tombés, étrangement, personne n’a rétabli la vérité. C’est la magie des chiffres : ils augmentent mais ne peuvent diminuer…

Coronavirus : des chiffres à tout va !

Bien d’autres anecdotes du genre me sont arrivées, mais vous les relater toutes prendrait trop de place. Voici, pour résumer ce que j’ai compris/découvert, une vidéo qui explique tout ceci. Je n’en suis pas l’auteure, mais je constate que d’autres que moi arrivent à la conclusion que les chiffres qui nous sont donnés sur l’épidémie ne sont peut-être pas les bons.

Et le Docteur Raoult ?

Le désormais célèbre biologiste se veut lui aussi bien plus rassurant que les médias sur le nombre de malades ou de morts et explique bien que nous sommes actuellement dans diverses épidémies hivernales. Tout n’est pas « covid-19 » :

Plusieurs semaines après cette vidéo, il est toujours du même avis. Je vous invite à suivre son actualité pour vous en rendre compte par vous-même. Par ailleurs, vous aurez noté grâce à cette vidéo que le confinement n’est pas une mesure efficace pour lutter contre une épidémie pour laquelle il existe un remède. Ce qui est le cas du covid-19 avec la chloroquine.

Le manque de lits dans les hôpitaux

Une cause de mortalité majeure

Si des gens meurent, c’est à cause de multiples facteurs dont – et ce n’est pas le moindre – le manque de lits dans les hôpitaux ! Moins il y a de lits (et de matériel, et de personnel) par habitant et plus il y a de morts dans un pays :

http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

Alors une question demeure :

Pourquoi sommes-nous confinés ?

… Une invitation à être vigilant et à se mobiliser

S’il n’y a aucune raison valable d’être confinés chez nous, alors de nombreuses mesures prises par le gouvernement actuellement (y compris le confinement lui-même en premier lieu) relèvent de l’instauration d’une dictature.

Et notre gouvernement (comme d’autres) pourrait très bien profiter de la situation pour faire passer par la force (en disant « pour votre bien et votre sécurité, chers français ») certaines mesures contre lesquels les français (et d’autres citoyens de la Terre) résistent ces derniers temps :

Des passe droit pour la 5G

Dès la lecture du document ci-dessous trouvé sur le site du gouvernement, je me suis dit – comme bien d’autres – que le point n°6 par exemple pouvait donner le champ libre à l’installation de la 5G en France alors que de nombreux scientifiques ont mis en avant sa dangerosité sur la santé et l’environnement et alors que la 5G est interdite dans certains pays qui ont écouté ces scientifiques ! https://www.gouvernement.fr/conseil-des-ministres/2020-03-25/faire-face-a-l-epidemie-de-covid-19?fbclid=IwAR3bz6S65IJi2vbnAi8FM-wbNWaKLmfijUgQqz1i1A1I-E7J9XL-ne9iT88

Les compagnies qui gèrent l’installation des communications ont d’ores et déjà profité de ce point 6 pour installer de nouvelles antennes relais classiques ne respectant pas les règles d’urbanisme dans plusieurs villes. Ce n’est pas encore la 5G mais ce n’en sont pas moins des ondes très nocives.

Le risque d’un vaccin sans le recul nécessaire

Il y a un risque non négligeable que l’industrie pharmaceutique profite de la situation pour faire passer un nouveau vaccin sans recul ni étude sur son efficacité ou son innocuité. Pour vous renseigner sur ce que sont vraiment les vaccins, je vous invite à lire par exemple « L’apport des vaccinations à la santé publique : la réalité derrière le mythe », du Pr Michel Georget.

Par ailleurs, on sait que les vaccins contre les coronavirus sont dangereux et c’est pour cela qu’ils n’ont jamais été commercialisés jusqu’à ce jour pour l’être humain : les essais faits ces dernières années ont conduit à des détresses respiratoires donc aucun bénéfice puisqu’on vaccinait les humains volontaires bien portants et c’est à cause du vaccin-test qu’ils se retrouvaient aux urgences ! Vous pouvez trouver une masse très importante d’information vraie sur les vaccins en devenant membre de la LNPLV (Ligue Nationale Pour la Liberté des vaccinations). Voici leur site : https://www.infovaccin.fr/

Leur dernière newsletter est aussi accessible sur mon site internet, en page d’accueil, dans la partie « blog ».

La situation que nous vivons est une opération de manipulation de grande envergure : https://strategika.fr/2020/04/01/geopolitique-du-coronavirus-entretien-avec-valerie-bugault/

Même si je ne dirais pas qu’elle soit rondement menée. Il est clair, au vu de l’économie qui s’effondre et d’autres paramètres, que tout ne relève pas des manigances des gouvernements, des banques, de l’industrie pharmaceutique et d’autres grands groupes. Il n’y a qu’à avoir vécu le confinement et les annonces du gouvernement en France pour s’en rendre compte : ceux qui se connectent à une information indépendante ont bien vu les manœuvres du gouvernement français pour cacher la chloroquine et son efficacité. Et ils ont vécu le retournement de situation en direct : c’est grâce à la diffusion des vidéos du Pr Raoult sur les réseaux sociaux et grâce aux pétitions que nous avons obligé notre gouvernement à accepter ce traitement. Sans cela, nous étions partis pour un tout autre scenario. Ce petit exemple prouve qu’il est possible qu’une situation échappe aux puissants qui nous gouvernent et prouve également qu’il est possible de s’opposer (qui plus est pacifiquement !) à la dictature et de réussir !

Mais tout n’est pas fini. Nous sommes encore en confinement, les diverses industries et grands groupes ne vont pas lâcher le morceau qu’ils espéraient se tailler – quel qu’il soit – aussi facilement, et il y a encore des gens qui écoutent les informations du 20h et qui croient que nous traversons une véritable pandémie.

Tout comme beaucoup d’entre vous je suppose, j’ai vu – par exemple – des gens stressés invectiver leurs voisins aux caisses des supermarchés car ils trouvaient que ceux qui les suivaient étaient trop près d’eux ! J’ai entendu parler de ces amendes injustes que des gendarmes donnaient à des gens qui se déplaçaient pour des motifs pourtant justifiés. Etc.

Mais je voudrais vous parler aujourd’hui de belles choses. Je ne pourrai pas être très précise car cela risquerait de mettre des personnes en danger (danger d’amendes ou de légères peines d’emprisonnement), mais je tiens quand même à vous dire que tout le monde ne collaborent pas avec la gestapo d’un nouveau genre qui s’installe : j’ai vu bien des gens résister à leur manière, j’ai vu des pharmaciens, des boulangers, des garagistes… et même un gendarme ! ne pas suivre certaines consignes et aider les gens de diverses manières. J’ai vu des particuliers, des amis, des voisins, s’entraider et garder le secret de ce qu’ils avaient fait.

Comme nos grands-parents et arrière-grands-parents ont eu à choisir pendant la seconde guerre mondiale, il est temps pour nous de choisir entre la collaboration et la résistance !

En donnant de la Vie et de la Liberté autour de nous. Et nous repousserons la menace qui plane sur nos têtes pacifiquement comme pour la chloroquine.

Non, les moyens de communication comme internet ne vont pas être coupés. Non, les extraterrestres ne vont pas débarquer. Non, Trump ne va pas se transformer en lézard vert reptilien. Nos ennemis sont des gens comme vous et moi mes amis. Ils sont humains et nous pouvons les remettre à leur place en leur montrant que cette planète nous appartient également. Et que nos vies nous appartiennent. Et que notre corps nous appartient. Ce n’est pas parce que ces gens sont banquiers, politiciens ou patrons des plus grandes industries du monde qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent et acquérir toujours plus d’argent et de pouvoir !

Une invitation à ne pas céder à la menace ni à la panique ni au mensonge ni à la désinformation !

… Une invitation à savoir se soigner et passer l’hiver.

Je ne reviens pas ici sur ce que vous pouvez faire en prévention comme en guérison contre les épidémies hivernales (dont le covid-19 ou sras-cov2, appelez-le comme vous voulez) : je vous renvoie sur ce sujet à ma newsletter précédente. Les informations qui s’y trouvent proviennent de moi mais aussi de médecins et de vétérinaires si cela peut vous rassurer.

J’ajouterais simplement, pour ceux qui ont parfois une toux persistante, que si c’est le seul symptôme qu’il vous reste alors que cela fait des semaines que vous vous soignez, il est probable que ce soit une toux mécanique. Vous n’arriverez à vous en débarrasser que par une séance chez un ostéopathe (qui ne fait pas craquer) ou chez un praticien en ortho-bionomy®. Une fois votre cage thoracique et votre diaphragme détendus, cela devrait aller vite mieux. Des techniques comme l’Harmonisation globale® peuvent également aider.

Tous ceux qui ont suivi les conseils de la dernière newsletter alors qu’ils étaient malades sont guéris. Tous ceux qui ont suivi ces conseils en prévention ne sont pas tombés malades.

Je ne dénombre pour l’instant aucun mort dans mes amis, ma famille ou mes « clients » (en France, la loi est tellement bien faite qu’elle m’interdit de parler de mes « patients » car je ne suis pas médecin, alors que dans d’autres pays j’aurais le droit). Aucun mort du covid-19 alors que par le passé j’ai perdu des gens du cancer, des accidents de la route, par suicide, ou par d’autres infections hivernales chez les personnes très âgées. Et une personne par maladie de Lyme également.

Faisons maintenant le point sur les anti-inflammatoires. Vous êtes nombreux à avoir entendu parler du fait qu’il faut éviter les anti-inflammatoires car ils favorisent l’infection. Il faut savoir que ce n’est pas nouveau. Ils ont tendance à aider aussi d’autres infections virales. C’est pourquoi, quand la fièvre n’est pas trop intense ou peut être supportée même si c’est dur, il convient de la laisser faire (votre corps produit de la fièvre pour tuer les microbes, c’est le but de la manœuvre !). Néanmoins, il y a certains cas où une fièvre trop importante devient dangereuse. Donc, comme toujours, il convient de savoir trouver le juste milieu. Et de demander à un médecin en cas de doute !

Parfois, un paracétamol juste pour réussir à passer une meilleure nuit et ainsi retrouver des forces, tout en laissant la fièvre monter le jour, c’est efficace aussi… Vous pouvez également faire baisser une fièvre en vous mettant dans un bain qui a une température inférieure de 1 à 2 degrés à votre température corporelle (si vous avez 39 de fièvre, vous vous mettez dans une eau à 38). Vous pouvez aussi tremper 4 gants de toilette dans du vinaigre (n’importe lequel) puis vous mettre chaque pied et main dans l’un de ces gants et attendre 20 à 30 minutes, et renouveler encore ceci jusqu’à ce que la fièvre diminue. Et le remède homéopathique Gelsemium dont j’ai parlé dans la dernière newsletter sert entre autres à faire baisser la fièvre.

… Une invitation à prendre le temps

Temps de méditer, temps d’appeler des gens ou de découvrir ses voisins, temps d’être chez soi, temps d’une promenade, temps de jouer avec ses enfants ou ses animaux, temps de lire…

Une invitation à être prêt !

L’autonomie pour préparer l’avenir

Personnellement, je ne vois pas ce que nous traversons comme une véritable crise même si nous en parlons parfois en ces termes. En fait, c’est juste un test, une invitation de Madame Vie à voir si nous sommes prêts.

Voici un exemple de maison autonome en vidéo :

Un site fait par les gens d’un hameau entièrement autonome

qui font stages, livres, DVD et tout ce qu’il faut pour que nous nous mettions à construire et à vivre comme eux : http://heol2.org/

L’autonomie alimentaire

avec en exemple (mondialement connu !) la ferme du Bec Hellouin :

Pendant le confinement, certains couples auront découvert qu’ils n’étaient pas faits pour vivre ensemble… D’autres se seront rapprochés au point qu’il faut s’attendre à un pic des naissances dans neuf mois. Certains parents auront découvert que ce n’est peut-être pas l’instit qui avait un problème avec leur gamin… D’autres se seront rendu compte que leurs enfants peuvent très bien se passer d’école. Oui, vos enfants n’ont absolument pas besoin d’école.

Je vous invite dès à présent à découvrir l’existence d’André Stern qui en est l’exemple :

La Vie nous invite à vivre totalement différemment (mieux !) que ce que l’on nous a enseigné jusqu’alors.

Et bien sûr il y a la préparation intérieure, la plus importante de toutes car sans elle rien ne tiendra. Ces derniers jours, j’ai vu des gens pourtant formés à des techniques de soin et conscients de tout ce que je viens d’expliquer dans cette newsletter craquer devant la panique, influencés par les médias, ou craquer quand un de leur proche est tombé malade. Il n’y a pas à en avoir honte ou à culpabiliser. Tout le monde peut craquer. Simplement, si vous êtes dans ce cas, notez que vous n’étiez donc pas prêt et faites en sorte de l’être pour la prochaine fois. Car, ne rêvons pas, il y aura une prochaine fois. La société telle qu’elle est ne peut perdurer indéfiniment. Elle arrive en bout de course.

Souvenez-vous des niveaux d’affermissement de la force intérieure. Le premier niveau est « je dis ce que je pense ». Le deuxième « je dis ce que je pense et je fais ce que je dis ». Le troisième : « Je dis ce que je pense, je fais ce que je dis ET je le fais même en situation de stress ».

Et bien sûr une invitation à remercier

Remercier la Vie d’être encore là et d’être en train de vivre cette époque historique où les gens commencent à dire NON à la dictature qui tente de se refermer sur nous.

Remercier le personnel médical dans les hôpitaux et en dehors. Remercier les pompiers, les routiers, les éboueurs, les ouvriers, les agriculteurs, les boulangers… Enfin, les gens commencent à réaliser l’importance de ces métiers et la position extrêmement difficile dans laquelle beaucoup d’entre eux se tiennent, faute d’aide et de reconnaissance des gouvernements qui se succèdent sans rien faire pour eux (si ce n’est leur mettre la tête d’avantage sous l’eau chaque année qui passe). Oui, ces gens qui maintiennent le pays debout comme ils peuvent et sauvent des vies sont nos héros !

Et merci à vous d’avoir lu cette newsletter ! Fort longue mais nécessaire.