06 78 57 49 97

maite.molla@gmail.com

186 impasse malfosse, 88420 Moyenmoutier

Consultations sur rdv

lundi, mardi, jeudi et vendredi de 10h à 12h, et de 14h à 18h

Et samedi de 10h à 15h

Se protéger vraiment d’un virus

Face à la désinformation, à la peur et aux mesures (parfois inefficaces en cas de réelle épidémie !!) préconisées par ceux qui nous gouvernent, il me parait important ici de remettre les pendules à l’heure en vous rappelant bien aimablement, chère lectrice, cher lecteur, ce qu’est vraiment un virus.

Comme d’habitude, paragraphe légal pour me protéger : Ne substituez aucun conseil de cet article à un avis médical. N’interrompez pas et ne modifiez pas de traitement médical sans l’avis d’un médecin (ou d’un vétérinaire, pour les animaux). En cas d’apparition d’une réaction gênante ou d’aggravation d’un symptôme préexistant il convient d’arrêter immédiatement l’emploi du produit suspecté et d’aller consulter un médecin ou un vétérinaire.

Et maintenant que ce paragraphe a été mis, rentrons dans le vif du sujet ! Par exemple, on ne le répétera jamais assez : trop de gel hydro alcoolique crée des lésions sur la peau et fait donc entrer les virus et autres agents pathogènes dans votre corps au lieu de vous en protéger !! Vous ne me croyez pas ? Pas de problème, c’est l’assistant d’un professeur qui va vous l’expliquer ci-après.

Extrait de Un excellent résumé sur le Coronavirus Covid-19 d’un assistant-professeur en maladies infectieuses à l’Université John Hopkins, Baltimore-Maryland, USA [ceci est valable pour tous les virus hivernaux comme la grippe par exemple] :

« Le virus n’est pas un organisme vivant, mais une molécule de protéine (ADN) recouverte d’une couche protectrice constituée de lipide (matière grasse). Le virus est très fragile ; la seule chose qui le protège est une fine couche extérieure de graisse.

C’est pourquoi tout savon ou détergent est le meilleur remède, car la mousse attaque la graisse (raison pour laquelle on doit autant se frotter les mains, 20 secondes ou plus, afin de faire beaucoup de mousse). En dissolvant la couche grasse, on obtient que la molécule de protéine se disperse et se décompose d’elle-même.

La chaleur fait fondre la graisse, voilà pourquoi il est bon d’utiliser de l’eau au-dessus de 25°C pour laver ses mains, les vêtements ou toute autre chose. De plus, l’eau chaude produit plus de mousse et la rend ainsi plus efficace.

–   L’alcool ou tout autre mélange contenant plus de 65% d’alcool dissout toute graisse, et particulièrement la couche extérieure de lipide du virus.

–   Tout mélange d’une (1) dose d’eau de Javel pour cinq (5) dose d’eau dissout directement la protéine et la détruit de l’intérieur.

–    En l’absence de savon, d’alcool, ou de chlore, on peut recourir à l’eau oxygénée, car le peroxyde dissout la protéine du virus, mais il faut l’utiliser pure, ce qui est nocif pour la peau.

–   Aucun bactéricide n’est utile. Le virus n’est pas un organisme vivant comme la bactérie. On ne peut pas tuer ce qui n’est pas vivant avec des antibiotiques.

–   Ne jamais secouer vêtements (sur soi, ou qu’on a portés), draps ou chiffons. Si on secoue un linge ou qu’on utilise un plumeau, les molécules du virus peuvent alors flotter dans l’air pendant 3h et aller ainsi se loger dans le nez.

–    Lorsque le virus est collé à une surface poreuse, il est très inerte et se décompose en seulement : 3h sur un tissu par exemple ou toute autre surface poreuse, 4h sur le cuivre (naturellement antiseptique) et le bois (qui l’assèche et l’empêche de se décoller pour se diffuser dans l’atmosphère). Mais il peut subsister jusqu’à : 24h sur le carton, 42h sur un métal, 72h sur le plastique.

–   Les molécules du virus restent très stables dans le froid extérieur, ou dans le froid artificiel (climatisation des bâtiments ou des véhicules, par exemple…). Pour rester stables, ces molécules ont aussi besoin d’humidité et de pénombre. Ainsi, le virus se dégradera plus facilement et rapidement dans un environnement déshumidifié, sec, chaud et lumineux.

–   Les rayons ultraviolets décomposent la protéine du virus, quelle que soit la surface où il se trouve. La lampe à ultraviolets, par exemple, est parfaite pour désinfecter et réutiliser un masque. Prudence néanmoins car elle décompose aussi le collagène (une autre protéine) de la peau et peut être la cause de rides et cancer de la peau.

–   Plus l’espace est confiné, plus la concentration du virus sera grande. Plus l’espace est ouvert et aéré, plus la concentration du virus sera réduite.

Lorsque vous allez aux toilettes et/ou dans la salle de bain, il est important de s’hydrater les mains car elles ont tendance à se dessécher à force de lavages répétés. Les molécules du virus peuvent alors pénétrer dans les microlésions de la peau. Plus l’hydratant est épais, mieux cela est.

Veillez aussi à garder vos ongles courts, pour éviter que le virus n’aille se cacher dessous. »

Enfin, je vous rappelle ici de nombreux remèdes efficaces, de nombreux conseils que j’ai prodigué ces derniers mois au fil de mes newsletters et articles de blog. Je rassure ceux qui ne jurent que par ce que leur disent les médecins, les conseils suivants m’ont tous été donnés par des médecins : http://x4vth.mjt.lu/nl2/x4vth/kz2.html?hl=fr

Et ceux-ci m’ont été enseignés par un naturopathe : http://maitemollapetot.com/blog/les-anti-infectieux-naturels/